Noticias

27 février 2020

L’engagement des producteurs d’agrumes andalous en faveur de la qualité est à la hauteur du marché

La Junta de Andalucía apprécie les efforts des producteurs de la région dans leur engagement en faveur d’un produit caractérisé par sa saveur et sa durabilité.

Il n’est pas nécessaire de jeter les cloches jusqu’à la fin de la saison, mais pour l’instant, le gouvernement régional d’Andalousie souligne une « réponse positive du marché » à l’engagement incontestable des producteurs d’agrumes andalous en faveur de la qualité. Contrairement à ce qui s’est passé en 2018-2019, dans les mois qui se sont écoulés cette saison, « les prix des agrumes ne se comportent pas mal », estime le ministère de l’agriculture. En outre, « nous voyons des produits de haute qualité » et c’est pourquoi le marché réagit positivement.

Selon la Commission, une grande partie de cette réaction du marché est due à « l’engagement des agriculteurs en faveur de la qualité et aux efforts des producteurs pour offrir des produits caractérisés par leur saveur et leur durabilité ». Tout cela se traduit par « des prix plus conformes à ce qui correspond aux agrumes andalous, à leur qualité ».

En plus d’organiser diverses réunions avec les représentants du secteur lui-même dans la région autonome, le gouvernement andalou a participé activement à la table créée l’année dernière au sein du ministère de l’agriculture, de la pêche et de l’alimentation pour faire face à la situation de crise des prix des agrumes. De même, comme convenu avec les producteurs andalous, le gouvernement régional a lancé une campagne de promotion visant à augmenter la consommation et a demandé la réactivation de l’interprofession du secteur, à laquelle la communauté autonome a offert son soutien.

A cela s’ajoute, entre autres actions, la préparation de jauges d’agrumes selon les différentes variétés. C’est la première fois qu’elles sont réalisées de manière différenciée et cela répond à un autre des engagements acquis avec le secteur. L’objectif de cette initiative est d’offrir aux producteurs et aux entrepreneurs le plus grand nombre de données sur la production afin qu’ils puissent mieux planifier et gérer les fruits et, par conséquent, améliorer leur rentabilité et réduire, dans la mesure du possible, l’instabilité des marchés.

À la suite des réunions avec les agriculteurs andalous, d’autres travaux à réaliser par l’administration ont également été précisés, notamment demander à l’exécutif central de prendre des mesures dans les domaines où le Conseil n’est pas compétent pour agir.

C’est le cas, par exemple, de la nécessité de renforcer les contrôles des quotas d’entrée de fruits en provenance de pays tiers et les analyses de qualité de ces agrumes. De même, le gouvernement andalou a également demandé une révision de la loi sur la chaîne agroalimentaire, en demandant à l’Agence d’information et de contrôle alimentaire (Aica) d’effectuer des contrôles exhaustifs en accord avec le travail effectué par l’exécutif régional dans les domaines qui le concernent.

Les contrôles aux frontières effectués par les PIF relèvent de la responsabilité du gouvernement central, c’est pourquoi le gouvernement régional d’Andalousie n’a pas pu avancer sur cette question, bien qu’il ait été demandé à plusieurs reprises au ministre d’exiger une analyse exhaustive des produits qui arrivent en Espagne en provenance de pays tiers. Le gouvernement andalou considère qu’il est « indispensable de contrôler à la fois la quantité introduite sur le marché, en vérifiant si les quotas établis sont respectés, et la situation phytosanitaire des denrées alimentaires, car les plantes en Europe répondent à des exigences strictes en la matière qui, parfois, n’atteignent pas le même niveau dans les autres pays où ces fruits sont cultivés ».

Recherche

Le ministère régional de l’agriculture soutient les entrepreneurs et les producteurs qui misent sur la modernisation de leurs industries agroalimentaires ou de leurs exploitations agricoles par le biais de diverses actions. Entre autres actions, la gestion des aides pour soutenir les investissements à cette fin, le transfert au secteur des progrès obtenus à l’Institut de recherche et de formation en agriculture et en pêche d’Andalousie (Ifapa) et la promotion d’une plateforme de commercialisation et d’innovation au niveau andalou qui devrait être très utile aux producteurs de fruits et légumes pour mieux relever les défis du présent et du futur qui touchent, entre autres, les agrumes de la région.

Le gouvernement andalou a signalé à plusieurs reprises au ministère de l’agriculture les problèmes du secteur dans la région, les mesures prises, les engagements pris par l’administration régionale et les demandes des agriculteurs de cette communauté autonome. De même, diverses réunions ont eu lieu avec des représentants du secteur des agrumes andalous, avec lesquels des accords ont été conclus et des travaux ont été proposés que le Conseil a déjà commencé. En fait, la participation du gouvernement andalou aux réunions de travail de la table nationale des agrumes, qui a été créée au sein du ministère pour répondre à la crise des prix enregistrée la saison dernière, a été dans ce sens. Entre autres questions, des mesures ont été prises, qui relèvent principalement de la responsabilité du gouvernement central en matière de concurrence, de la nécessaire autorégulation du secteur au niveau espagnol et de l’importance d’un contrôle exhaustif des importations en provenance de pays tiers.

Projets IFAPA

Actuellement, l’Institut andalou de recherche et de formation en agriculture et en pêche (Ifapa) mène des recherches et des expérimentations sur les agrumes dans le but de soutenir le secteur face aux nouveaux défis de la citriculture andalouse. Parmi ces défis figurent, par exemple, la réduction des coûts de culture et l’augmentation de la compétitivité, le développement de stratégies de contrôle durables contre les maladies et les parasites émergents tels que le « Huanglongbing des agrumes » (HLB) et son vecteur (Trioza erytreae). Des progrès doivent également être réalisés en termes de résilience au changement climatique et d’adaptation aux nouvelles demandes du marché, de plus en plus exigeant en termes de qualité alimentaire et environnementale.

À cette fin, l’Ifapa développe actuellement et/ou participe, avec d’autres organisations publiques et privées, aux projets de recherche et d’expérimentation « Red de experimentación y transferencia en citricultura de Andalucía », « Métodos de control y contención de Trioza erytreae, vector del Huanglongbing de los cítricos » et « LIFE Vida for Citrus ».

Dans le cadre de ces actions, l’institut travaille sur l’étude de nouveau matériel végétal (variétés et porte-greffes) plus intéressant d’un point de vue agronomique et commercial, sur l’analyse de la structure des coûts de production dans les exploitations d’agrumes, et sur l’amélioration des techniques de culture des agrumes qui apportent des bénéfices économiques, agronomiques et/ou environnementaux, parmi lesquels il faut souligner le rembourrage en maille noire sur la ligne de plantation et l’utilisation de couvertures végétales. Il étudie également la réduction des coûts de production grâce à des plantations à plus forte densité et à la récolte mécanisée des agrumes, l’amélioration de la citriculture biologique et la prévention contre l’HLB.

En outre, le gouvernement andalou joue également un rôle important dans le transfert des résultats et des connaissances générés par la mise en œuvre des projets Ifapa. À cette fin, des séminaires techniques sont organisés pour les agents du secteur (entrepreneurs, techniciens et agriculteurs agricoles), des articles sont publiés dans des revues scientifiques et techniques et des informations sont mises à la disposition des parties intéressées par le biais de différentes plateformes numériques telles que Servifapa et les sites web de certains projets. Ce serait le cas, par exemple, de « LIFE Vida for Citrus » (https://lifevidaforcitrus.eu/).

Actualités publiées dans Valencia Fruits

Apparitions médiatiques

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *