Noticias

17 juin 2020

Asaja Málaga pide más controles de mancha negra de los cítricos ante la campaña de importación del Hemisferio Sur

Toutes les zones de culture d’agrumes de l’UE sont potentiellement propices à l’établissement du parasite, et le début de la saison d’importation dans l’hémisphère sud, avec une prévision totale de plus de 3 millions de tonnes, pourrait amener le champignon dans les exploitations agricoles nationales Toutes les zones de culture d’agrumes de l’UE sont potentiellement propices à l’établissement du parasite, et le début de la saison d’importation dans l’hémisphère sud, avec une prévision totale de plus de 3 millions de tonnes, pourrait amener le champignon dans les exploitations agricoles nationales

Asaja Málaga demande à la Commission européenne une plus grande vigilance et un meilleur contrôle de la tache noire des agrumes avant le début de la saison d’importation dans l’hémisphère sud, pendant l’été, lorsque ses exportations d’agrumes sont à leur maximum. Dans les ports de pays tels que la Hollande, la Belgique, la Grande-Bretagne ou l’Allemagne, par lesquels transitent aujourd’hui la plupart des agrumes d’Afrique du Sud, d’Argentine, d’Uruguay… des pays où le champignon est actif. Il est à noter que le 29 mai, l’Organisation mondiale des agrumes a publié son rapport de prévision pour la saison des agrumes de l’hémisphère sud et que, bien que la production d’agrumes dans ces pays montre une légère baisse de 3 % par rapport à la récolte de 2019, les exportations devraient augmenter de 12 %. Et l’Union européenne est une destination majeure, c’est pourquoi nous devons renforcer le contrôle phytosanitaire.

Tiré de ASAJA Malaga estime que le plus tôt nous pourrons Ces orientations générales devraient être appliquées par les États membres qui sont actuellement en préparation par l’EFSA, bien mieux pour pouvoir contrôler dans les plus efficace possible l’implantation du champignon dans nos zones de production.

La maladie

Comme est connu, le champignon « Phyllosticta citricarpa » est à l’origine de la maladie connue sous le nom de tache noire des agrumes qui affecte principalement le fruit les agrumes commerciaux, bien que les feuilles et les tiges puissent également être infectées. Ce champignon, présent dans de nombreux pays producteurs d’agrumes mais pas en Espagne ou dans le reste de l’UE, entraîne une perte de qualité commerciale dans les fruits et constitue une menace sérieuse pour la production communautaire.

La Commission européenne a demandé un rapport à l’EFSA (M-2017-0137) pour aider les États-Unis à planifier les enquêtes annuelles fondées sur les risques et statistiquement fiables ainsi que les contrôles techniques de Phyllosticta citricarpa (point noir). Ce document a été rendu public en mai dernier et, indépendamment des questions techniques, il réaffirme ce que l’EFSA a déjà communiqué dans plusieurs rapports que la Commission n’a pas, selon nous, traités correctement : Que dans les conditions climatiques méditerranéennes, ce champignon pourrait se développer. La maladie, comme nous le savons, a été récemment signalée en Tunisie, dans des conditions climatiques de type méditerranéen (OEPP, 2019). Les simulations réalisées pour les précédents avis de l’EFSA ont conclu que les différents climats des zones de culture des agrumes dans l’UE sont potentiellement adaptés à l’établissement de P. citricarpa. Dans ce nouveau rapport technique, l’EFSA indique notamment qu' »en raison de la variété des environnements dans lesquels le champignon est actuellement distribué, toutes les zones de culture d’agrumes de l’UE sont potentiellement propices à l’établissement du ravageur » et « par conséquent, toutes les zones de culture d’agrumes de l’UE sont prises en compte dans cette fiche d’enquête, à savoir les zones de production de Chypre, d’Espagne, de France, de Grèce, de Croatie, d’Italie, de Malte et du Portugal ».

Source : Fruits de Valence

Apparitions médiatiques

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *